L’allaitement, sans tabou

Virginie Lespingal, consultante en lactation IBCLC, répond aux questions que l’on peut se poser sur l’alimentation au sein d’un enfant.

  • Que répondez-vous aux personnes qui sont effrayées par l’allaitement ?

Avant toutes démarches vers l’allaitement, il est important de s’informer. Chaque femme est différente, et chaque bébé aussi. Il est donc nécessaire de se renseigner auprès de différentes personnes :

  • Une personne de son entourage qui a allaité et qui peut partager une expérience positive,
  • Les associations de soutien à l’allaitement, qui organisent de réunions de parents,
  • Un consultant en lactation IBCLC,
  • Un professionnel de santé formé à l’allaitement (tous ne le sont pas!).
  • Est-ce vrai que l’allaitement fait mal et modifie la forme de la poitrine ?

Collier allaitementNon, ce ne sont que des rumeurs. Si l’allaitement fait mal, cela veut dire qu’il y’a un problème et qu’il faut alors chercher une solution, auprés d’une personne formée.

En France, il y a un grand nombre de rumeurs infondées autour de l’allaitement. La société a créé un débat de conscience autour du monde de l’allaitement ce qui freine certaines mères. C’est pour cela qu’il est important pour chaque femme de s’informer sur l’allaitement afin de ne pas céder aux rumeurs et de se créer sa propre opinion.

  • Quels sont les bénéfices de l’allaitement comparé au biberon ?

Le lait en poudre est fabriqué à partir du lait de vache. Le lait de vache : c’est pour les veaux !

Le lait maternel est adapté aux besoins du nourrisson. Il transmet tous les nutriments et les vitamines dont Bébé a besoin mais également les anticorps de la maman.

  • Si la maman est malade, peut-elle allaiter ?

Oui ! Car elle transmet à son enfant ses anticorps. Ainsi le bébé a moins de chance d’être malade ou alors moins atteint que la maman. Du fait de la relation proche entre la mère et l’enfant, il est normal que le bébé soit en contact avec les microbes. Cependant, avec l’allaitement l’enfant peut être moins malade.

Lui donner le sein contribuera également à bien hydrater le bébé et continuer à lui apporter les ressources dont il a besoin.

  • Est-ce que toutes les femmes sont capables d’allaiter ? Même avec une petite poitrine ?

Oui ! L’allaitement ne dépend pas de la graisse (qui fait la taille de la poitrine) mais de la lactation.

Il est très rare qu’il soit impossible d’allaiter (problèmes hormonaux avéré, celles qui ont subi de la chirurgie mammaire invalidante et dans les cas de mamans porteuses du virus du VIH).

Cependant des solutions alternatives sont possibles lorsque la mère est bien accompagnée.

  • Est-ce que certaines femmes peuvent ne pas avoir assez de lait ?

La lactation se prépare dès la grossesse, et se lance au moment de l’accouchement grâce à des hormones, notamment l’ocytosine et la prolactine. Ensuite c’est la parfaite loi de l’offre et la demande : plus le bébé tète, plus il y aura du lait. Toutes les femmes sont en mesure d’allaiter leur bébé pour peu que l’allaitement soit correctement mis en place dès la naissance. D’où l’intérêt d’être bien accompagnée.

Ainsi, si les débuts sont difficiles, n’hésitez pas à chercher de l’aide !

  • Comment savoir si le bébé a eu assez de lait ?

Collier d'allaitement CroquijouxSavoir si bébé a faim est avant tout une question d’observation. Il faut regarder les signes : lorsqu’il porte ses mains à la bouche, lorsqu’il tète dans le vide… Pleurer n’est pas le premier signe de « J’ai faim ».

En effet, pleurer est fatiguant pour un nourrisson. S’il le fait, c’est qu’il est déjà affamé. Observer son bébé permet donc de savoir quand le nourrir. Un bébé repus se détachera du bébé du sein ou s’endormira.

A noter, il y a différents bébés : certains vont être très efficaces pendant la tété et cela ne peut prendre que quelques minutes (entre 5 et 30 min) tandis que d’autres bébés sont plus dormeurs et peuvent s’endormir au sein. Il est important alors de les stimuler pour qu’ils soient effeicaces dans la tétée.

  • Peut-on mélanger allaitement et biberon ?

Oui ! Tout est possible. La mère peut tirer son lait, et ainsi donner du lait maternel au biberon.

Il est également possible de mélanger lait maternel et lait en poudre mais il est important de continuer à stimuler la lactation, sinon très vite la mère ne pourra plus allaiter, faute de lait. Il est conseillé d’exprimer son lait 3 fois par 24h.

Lorsque la maman décide de ne plus allaiter, il s’agit d’un sevrage. Le plus simple est de proposer le sein de moins en moins et de remplacer par un biberon.

  • Jusqu’à quel âge peut ou doit on allaiter ?

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) préconise un allaitement exclusif jusqu’aux 6 mois de l’enfant et invite à poursuivre jusqu’aux 2 ans ou au-delà si la mère le souhaite. A chacune de faire selon son envie.

  • Est-ce que l’allaitement affaibli la mère ?

Non, ce n’est pas l’allaitement qui affaiblit mais le fait d’avoir un bébé ! Il modifie le rythme de sommeil et de vie de manière générale.

Le seul cas dans lequel l’allaitement peut être lié à la fatigue de la mère est si elle a des problèmes de santé, comme des carences.

Au contraire, dans la plupart des cas, l’allaitement a des bienfaits pour la mère : notamment vis-à-vis de la prévention des cancers du sein ou les ovaires. Sur le long terme, cela a également un impact positif sur l’enfant.

  • Est-ce que le bébé a le goût des aliments que la maman mange ?

Oui il peut ! Il peut également développer des allergies, même au lactose.

La caféine peut notamment exciter l’enfant, comme le chocolat.

Le lait maternel peut prendre le goût des aliments, ce qui est une bonne chose pour l’enfant qui développe alors son palais.

  • Quelle est la place du père dans l’allaitement ?

Collier pour allaitement en siliconeIl est avant tout un soutien pour la maman, vis-à-vis de son entourage et de la société. Il aide également la mère à ne pas renoncer à l’allaitement lors d’une difficulté.

Il n’a pas besoin de s’y connaître mais il est important qu’il se renseigne sur l’allaitement avec la mère. Il doit également faire confiance à sa compagne ; sur sa capacité à nourrir leur enfant.

Très vite, le papa peut trouver sa place dans d’autres domaines que celui de l’alimentation : dans le portage, en jouant avec l’enfant, le couchant, lui donnant le bain ou alors partager un moment câlin lorsque maman donne le sein.

  • Diriez qu’il y a une pression sociale autour de l’allaitement ?

L’allaitement, ce n’est pas une science exacte. Cela dépend de chaque type d’enfants et de femmes. Cela dépend de leur relation à leur corps, de leur passé, de leur histoire. L’allaitement est quelque chose de personnel, une relation entre mère et enfant mais aussi entre la mère est sa propre histoire.

Aujourd’hui, il existe une « guerre » entre les femmes qui allaitent et celles qui ne le font pas. Cela est causé par de la culpabilité et une pression de la société. Nous ne sommes pas dans une société soutenante à l’allaitement maternel. Par exemple la fin du congé maternité peut rendre les choses plus difficile pour certaines femmes. La poursuite de l’allaitement tout en travaillant reste toutefois possible.

Même en 2016, il est difficile d’avoir un véritable débat de santé publique sur ce sujet car cela dépasse la technique et devient quelque chose de personnelle lié à chaque femme.

Je vous invite à lire mon article « Objectif zéro culpabilité » pour apprendre à se délier de l’opinion publique et créer sa propre opinion sur l’allaitement.

https://etsionparlaitallaitement.com/2016/11/01/objectif-zero-culpabilite/

  • Pensez-vous que les colliers d’allaitement peuvent être bénéfiques ?

Sans aucun doute ! Plus l’enfant grandit, plus il s’éveille et il a besoin d’aller chercher avec ses mains ce qui l’entoure. Le collier de portage est un bon moyen d’éviter de tirer les cheveux ou l’autre sein de maman ! Un Croquijoux c’est encore mieux, avec ces jolies couleurs ! 🙂

Pour plus d’information sur l’allaitement n’hésitez pas à visiter le blog de Virginie Lespingal : https://etsionparlaitallaitement.com ou à lire son livre www.allaitement-achacunsonchemin.com

One reply on “L’allaitement, sans tabou

Laisser un commentaire